#44 – spécial Céline

Bonjour les ami·e·s,

Permettez-moi d’utiliser cette newsletter comme outil cathartique pour canaliser mes envahissantes obsessions. En cette fin avril, on entre dans la période où je commence sérieusement à me hyper sur Cannes. Mais cette année, c’est pire que tout. Je d-d-d-d-danse dans ma tête.

Les stars sont comme nous ! Ici, la Reine du Gouinistan fangirle tout comme ses ouailles.

Tentons de rester calme en résumant point par point :

  • Portrait de la jeune fille en feu est en Sélection officielle. Film réalisé par Céline Sciamma (icône parmi les icônes) avec dans les deux rôles principaux :
    • Adèle Haenel – tousse son ex! tousse tousse – soit le regard le plus flippexcitant du cinéma français;
    • Noëmie Merlant dont on est encore plus amoureuse depuis qu’elle s’est coupée les cheveux;
    • C’est en outre un film qui se passe au XVIIIe siècle (meilleure siècle) en Bretagne (meilleure région) et en costumes. C’est l’histoire d’Adèle qui sort du couvent pour se marier et Noémie doit la peindre, et ça parle de « la résonance à long terme de nos amours passées. » (j’invente rien, promis.) Évidemment nous nous empresserons d’apposer la relation muse-peintre de l’histoire à la relation réal-actrice de la vraie vie.
    • Ce film contient tout ce qu’on veut voir au ciné, c’est-à-dire : 1) de la matière à interprétation dans la vraie vie, 2) du feu, 3) de la Bretagne, 4) des costumes, 5) une Comtesse, 6) des yeux verts, 7) et aucun homme à l’horizon d’après la fiche iMDb. N’en jetez plus, c’est tout ce qu’on a toujours voulu.
    • Ce film-là est en Sélection Officielle, ce qui signifie plusieurs choses réjouissantes : il peut avoir la palme d’or, Adèle peut avoir le prix d’interprétation, et on va BEAUCOUP entendre parler.
    • Ce qui rend ouf : y a UNE photo officielle qui est sortie. UNE. Affamer pour mieux régner, mode d’emploi.

En signe de protestation, je chante tous les jours à heure fixe This Girl is on firesous les fenêtres de MK2 depuis 2 mois.

Bref, hypomètre pour Portrait de la jeune fille en feu : 2000%

Adèle H. règnera sur la Croisette car elle est dans deux autres films, ce qui n’arrive à personne sauf à elle en 2011.

  • Le Daim, en ouverture de la Quinzaine. On s’en fout un peu, c’est Dupieux, j’aime po. Hypomètre à 1%.
  • Les Héros ne meurent jamais. 1er film, femme réal, Balkans, l’histoire a l’air marrante mais aussi full straight vu de loin comme ça. Hypomètre : 75% :

Ce qui peut nous intéresser ailleurs sur la Croisette :

  • Léa Seydoux dans Roubaix, une lumière va jouer une droguée alcoolique meurtrière en couple avec Sara Forestier. Hypomètre : 66% car Desplechin quand même, mais -20 pour le cliché des lesbiennes tarées, bien que ce soit une histoire vraie.

  • On peut s’attendre à un selfie-retrouvailles avec son amoureuse de cinéma Adèle Exarchopoulos, qui montera les marches pour Sibyl de Justine Triet. Va-t-on lui pardonner son premier long-métrage qui contenait beaucoup trop de cris d’enfants et de Vincent Macaigne, soit mes deux phobies absolues ? Hypomètre : 80% tout de même car Virginie Efira et Sandra Hüller.

  • Virginie Ledoyen est présidente du Jury de la Queer Palm. On l’aime depuis les Adieux à la Reine. Aussi, la Chocha est maîtresse de cérémonie mais c’est un secret pour l’instant.

Espérons qu’elle vienne ainsi vêtue à la cérémonie.
Anna Margarita Albelo – Qui a peur de Vagina Woolf ?


Les films pas à Cannes

  • La hype monte autour de Wild Nights with Emily. Autostraddle a dit que c’était probablement la meilleure comédie lesbienne ever. Wah. En attendant, on révise Dickinson en regardant par exemple ce docu.

  • My Days of mercy, c’est le drame avec Ellen Page et Kate Mara dont la sortie ne cesse d’être retardée. On va croire que j’ai menti dans la #40, mais cette fois il sort le 17 mai au Royaume-Uni, le 5 juillet en VOD aux US, et probablement jamais en France. Aussi, il y a un nouveau trailer et une nouvelle affiche.

Par ailleurs Ellen Page et sa femme partagent des photos anatomiquement intéressantes sur Instagram. S’il suffisait d’aimer, ces deux-là seraient reines du monde easy.

  • Charlie’s Angels sort le 30 octobre prochain en France et d’après les photos Kristen Stewart y fait la démonstration de la plupart des coupes de cheveux possibles quand on est gouine en 2019.

Séries – ma télé va m’avaler

  • Il paraît que Gentleman Jack, c’est bien. C’est l’histoire d’Anne Lister, écrivaine qui relatait ses aventures sexuelles de façon codée dans son journal intime, qui cherche à se marier avec une riche héritière dans le XIXe britannique.

  • Il paraît qu’il faut que je regarde Capitaine Marleau (?!) car il y a de la bisexualité, la meuf qui jouait dans le clip de Hyphen Hyphen et des blagues à base de moules ?! Décidément, quelle époque.

  • Le cast principal de The L Word a tourné une pub pour la Pride de New York et non pour des crèmes anti-âge, contrairement à ce que laisse penser le selfie posté pour l’occasion.

Être lesbienne empêche les rides de s’installer.

  • Lena Waithe va jouer dans Westworld, la meuf est partout, il va falloir rattraper AUSSI cette série, JPP.
  • Est-ce que c’est bon, tout le monde a vu Vernon Subutex et peut-on sortir les gifs de La Hyène & Anaïs sans se faire hurler dessus “SPOILER” ?!

Elle pense à moi, je le sens, je le sais 🎵

  • C’est ma prière païenne : évitons peut-être de détruire dans l’œuf un projet de série lesbienne française (!!!) quand on est aussi mal informé·e ? cet article m’a donné envie de faire une Virginie Despentes sur Twitter, mais j’ai juste écrit une tribune non publiable  debunkant le truc point par point une nuit d’insomnie. A toutes fins utiles : évitez au moins d’englober dans vos titres la “communuaté LGBT” dans son ensemble, ça ridiculise un propos qui n’en avait pas besoin.

Point presse de droite

  • Extrait d’un article du Point à propos de la chanson « De mon âme ton âme » de Kompromat  :
    – Vitalic : « J’avais envie de faire mon Serge Gainsbourg et de faire chanter une actrice. »
    – Julia : « Et comme, moi, j’avais une actrice sous la main… » (j’ai ri) Observera-t-on une envolée des inscriptions en LV2 Allemand grâce à Adèle Haenel ? Moi j’avais choisi espagnol à cause de Manu Chao alors bon. 

  • Vendredi, c’était la journée de la visibilité lesbienne, et on a vu plusieurs articles fleurir sur le sujet. Le plus étonnant, ai-je trouvé, c’est que Madame Figaro en fasse une vidéo, avec #SEOLesbienne et Alice Coffin.

  • Dans le Vanity Fair papier du mois, on peut lire un portrait pas mal de Constance Debré. On y apprend entre autres qu’à l’âge de 4 ans, elle était lesbienne. “Après c’est passé. Aujourd’hui, ça revient.” Comme quoi : on ne change pas.


Quoi d’autre ?

  • Loana a fait une sorte de coming out inattendu. Je ne sais pas trop quoi faire de cette information.

  • C’était la deuxième édition de l’EL*C, la Conférence lesbienne européenne. Lisez donc le compte-rendu qu’en a fait Komitid.

  • Un nouveau podcast sur les lesbiennes a vu le jour : il s’appelle Late Blossom et laisse la parole aux ex-hétéros qui ont, sur le tard, vu la lumière. Il n’y a pas Constance Debré.

  • Kristen Stewart parle de représentation queer à Hollywood.

  • Le 26 avril c’était la journée de la Visibilité lesbienne : plein de trucs à lire / voir, mais vous pouvez surtout glisser dans vos jolies oreilles les mots de Christine Bard qui explique pourquoi c’est important d’utiliser ce mot.

  • Je ne sais pas si ça peut en intéresser certaines, mais dans le doute : Nicole Kidman les cheveux courts torse nu.

  • Cet article t’attribue un tailleur de Cate Blanchett en fonction de ton signe astrologique. Merci Internet.

  • Adèle Haenel accompagnant sa meuf sur la scène du Trabendo. Je sais, j’en ai déjà parlé mais j’en rajoute une couche. Pour que tu l’aimes encore.

Allez, bisous