#21 – tradition, chansons et célébrations

Bonjour les ami·e·s,

Il y a peu de traditions dans la famille Asticot. Mais il y a deux moments dans l’année qu’il me semble difficile de manquer. Deux moments que j’attends toujours avec une sorte d’impatience molle, parce que je sais que je vais m’amuser autant que je vais m’ennuyer : Noël et les César.

Autant Noël, bon, c’est assez normal, autant les César, ça n’a aucun sens. De notre province lointaine, la “grande famille du cinéma français” n’a jamais été tangible autrement que via le tube cathodique. Nous ne sommes pas des passionné·e·s hardcore de cinéma, peut-être un peu plus que la moyenne, mais jamais nous ne voyons la totalité des films nommés.

Toujours est-il que vendredi, autant par amour des paillettes que par tradition familiale, je serai devant ma télé, avec dans une main une coupe de champagne et dans l’autre mon téléphone pour live-commenter avec les parents. Je râlerai parce que c’est trop long, parce qu’il y aura des blagues misogynes, parce que le film que je soutiens (#TeamGrave et #Team120BPM) ne gagnera pas tout ce qu’il mérite, mais au fond, je serai tellement tellement heureuse.

Et regardez, il y a ça :

(j’ai joué à Où est Adèle mais j’ai perdu, heureusement elle est dans les signataires, et aussi à l’intérieur nous avons Océanerosemarie et Shirley Souagnon qui représentent la team.)

Donc je nourris le rêve d’une sorte d’insurrection féministe à la salle Pleyel. Hâte.


Quoi d’autre ?

 

  • Everything sucks : c’est non seulement ce que je me suis dit hier matin  quand j’ai entendu que c’était Mar*ne Le P*n l’invitée de la matinale de France Inter, mais aussi le nom d’une nouvelle série sur Netflix sur des ados dans les années 90, et l’une des héroïnes est une bébé lesbienne ! C’est très mignon et un peu émouvant et comme les épisodes ne durent que 25 minutes, ça se binge-watche facilement à l’heure du goûter.

 

  • Vivi est en promo en Espagne pour la sortie de Vernon Subutex 3. Du coup, elle donne plein d’interviews géniales qui donnent envie de réviser cette fabuleuse LV2. Mon interview préférée, hasta ahora. Avec ce womanspreading de feu  🔥

 

  • La sublime Janelle Monae a sorti deux chansons, l’une où elle célèbre sa bisexualité puis l’autre où elle chante les louanges de son vagin. Ami·e·s anglophones, tendez l’oreille ou allez voir les paroles, ça vaut son pesant de noix de cajou.

 

  • Sophie Morello a eu une super idée (comme tout ce qui vient de son cerveau) : faire un char gouine-trans pour la gay pride 2018, tout en fabriquant un documentaire sur ledit char, les personnes qui l’aident à le monter et leurs revendications. Non parce que l’an dernier les lesbiennes avaient un char. UN. Donc si le Lesbotruck persiste cette année, on en aura DEUX et c’est assez inédit. Elle en parle dans cette émission de radio (où l’on apprend également que Rag va avoir un bébé ! #passionpotins)

 

  • Morello toujours : le 8 mars, votre journée comme la mienne sera certainement remplie d’activités militantes, mais que faire le soir ? J’ai la solution : nous irons à la Java où nous écouterons Sophie mixer et parler en compagnie de Jeanne Added et Vikken, notamment.

 

  • Suivez-vous Constance Debré sur Instagram ? Si non, vous ratez des photos de sa braguette.

 

  • Avez-vous vu cette histoire trop mignonne ? Deux filles en couple qui avaient toutes les deux prévu de se demander en mariage PILE à la même soirée. So lesbian.

 

  • Dans la catégorie “Meilleure vidéo de l’internet lesbiano-parisien 2018”, le César est attribué à cette danse entre Amandine Gaillard (reine du lobby des coiffeuses lesbiennes et aussi un peu mannequin) et Valérie Trierweiler (!) dans un karaoké chinois de Belleville, à l’occasion des 29 ans d’Amandine.
tweet valerie trierweiler
Merci pour ce moment.

Allez, bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *